Musicothérapie

                                   

                        Parcours :

 

Aout 2013: Diplôme Méthode Dolce (enseignement du piano aux personnes atteintes d’autisme) -    Association APTE de Paris dirigée par  Françoise DOROCQ

Janvier-février 2018: Stage à L’EHPAD unité Alzheimer–Maison de retraite Marie Louise à Pechbonnieu (stage d'observation)

 

2 juillet- 6 juillet 2018: Stage à la clinique de Montberon (stage d'observation)

23 janvier-10 avril 2019:  Stage au centre psychothérapique de jour Bourran à rodez Chs st marie avec Jean-Francois LABBIT (stage en tant que futur musicothérapeute)

                

11 mars-22 mars 2019: Stage au Cival Lestrade à Ramonville St-Agne avec Ludivine CHOPARD (stage en tant que futur musicothérapeute)

23 avril-27 avril 2019: Stage au sein de l’association Mozahrt Nice avec Jacqueline DICHARRY (stage avec professeur de piano)

 

6 mai-8 juillet 2019: Stage professionnel à la clinique de Montberon (musicothérapeute avec proposition de 3 ateliers: musicothérapie active, piano adapté et communication sonore)

Mars 2020: obtention du diplôme de musicothérapeute à l' A.M.T Toulouse dirigée par Sylvie VILBOUX

"musicothérapie_piano.jpg"

 

DÉFINITION DE LA MUSICOTHÉRAPIE

     La musicothérapie s’inscrit dans une dynamique relationnelle d’aide, de soins, de communication et de pratique dans le cadre de différents contextes cliniques (médiations sociales, hospitalisations, rééducations motrices et vocales, institutions, associations du secteur médico-socio-psychologique, …) ; auprès de personnes en souffrance ou difficulté, lié à des troubles psychiques, neurologiques, développementaux, des troubles d’ordres cognitifs (apprentissage, mémoire), psychopathologiques (psychose, autisme, déprise sociale,…), en situation d’ handicap (déficiences, troubles psychomoteurs,..) ou maladies caractéristiques du vieillissement (Alzheimer).

Elle s’adresse à tout le monde, quel que soit son âge (enfants, adolescents, adultes, personnes âgées).

   Utilisant les différents outils du monde sonore (voix, rythme, corps, instruments) comme moyen d’expression, elle permet une communication verbale et non verbale, qui sollicite le processus de création et permet une inscription dans le lien social qui rompt l’isolement de ces personnes.

 

   La musicothérapie permet d’accompagner et créer un mieux-être pour les personnes, notamment en psychopathologie, car elle peut diminuer l’angoisse et permettre d’exprimer ses émotions. La thérapie médiatisée par la musique favorise le tissage social, très important pour ces personnes souvent très seules. Elle permet de se dire autrement, par le son et la musique, notamment lorsque la parole est inhibée voire absente.

 

   La musicothérapie, comme toute psychothérapie a besoin d’un cadre (lieu, fréquence, durée et nombre de séances), d’une demande (qui conduit le patient à venir consulter), d’un ou plusieurs patients (individuels ou collectifs), d’un thérapeute, de méthodes et techniques spécifiques ainsi que de référentiels cliniques théoriques.

 

   Les séances de musicothérapie se déroulent sous forme d’ateliers. On trouve deux approches spécifiques : la musicothérapie réceptive et active. L’approche réceptive consiste en l’écoute d’une production sonore (soit fait par le musicothérapeute à l’aide d’instrument ou cd, soit par des musiques choisies en cd) et permet de favoriser l’élaboration verbale des émotions associées à cette écoute ou d’induire un état de relaxation.

L’approche active permet au patient d’explorer et manipuler les objets sonores et les instruments mis à sa disposition, à commencer par la voix, le geste et le corps en mouvement dans un espace donné. Cette mise en action est spontanée et permet de verbaliser, mettre en mots ses ressentis, ses difficultés en s’appuyant sur l’expérience musicale de la séance. Elle permet aussi de créer (on peut, ensemble, créer une pièce sonore, vocale et musicale).

 

   La musicothérapie engage la personne au niveau relationnel, émotionnel, cognitif et corporel. Jouer d’un instrument est un acte de création, qui repose sur la dimension imaginaire et symbolique de chacun. Dans de nombreuses pathologies, l’imagination est appauvrie. Faire preuve d’inventivité, savoir créer les conditions de son bien être est un processus que l’on pourra se réapproprier à travers la musicothérapie. Elle améliore la qualité des relations sociales puisque les échanges inter-individuels en sont le fondement. On écoute l’autre, on s’écoute (on écoute son propre jeu, son vécu interne) et l’on échange : c’est dans le mouvement entre soi et l’autre que les problèmes relationnels peuvent être mis à jour.

   Elle améliore le niveau émotionnel : la musique fait résonner l’histoire émotionnelle du patient en suscitant des souvenirs, des sensations et des émotions. La résurgence de tout cela sera l’occasion de s’en libérer et d’en comprendre les mécanismes. Le thérapeute va accompagner ce travail en faisant se distinguer les différentes émotions.

La pratique musicale fait appel aux fonctions cognitives : mémoire, acquisition, gestion des connaissances, attention, perception, mémorisation et reproduction ainsi que la coordination. Aussi la musicothérapie permet d’améliorer le niveau cognitif et corporel.

 

 

APPORT DE LA MUSICOTHÉRAPIE

  « Si la musique nous est si chère, c’est qu’elle est la parole la plus profonde de l’âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur ». ROMAIN ROLLAND.

Le but du travail en musicothérapie est d’aider les patients à ne pas s’enliser dans l’isolement et retrouver le lien avec autrui. La musique offre pour cela des qualités non verbales, créatives et émotionnelles qui facilitent le contact, la conscience de soi, l’expression, l’apprentissage et la communication. Le groupe thérapeutique offre une dynamique propice aux interactions, il réunifie et permet le lien groupal et le renforcement du Moi. Les outils musico- thérapeutiques favorisent la communication, animent ou réaniment le lien vers l’autre et redonnent du sens à leur existence. Ils permettent de faire diminuer l’angoisse et de tendre à des progrès d’attention.

En soi, l’utilisation de la musique constituerait une approche thérapeutique permettant d’apaiser et de soulager de fortes tensions émotionnelles, d’extérioriser ce qui ne peut être exprimé par des mots. Elle développe et améliore les facultés d’expression, de communication et de relation. Mais la musique est bien plus qu’une simple musique : elle fait vibrer et danser l’ensemble du corps, elle contient, elle crée l’imagination par le rythme, la voix, le son, l’enveloppe corporelle, pour atteindre la personne dans sa globalité et parvenir à la liberté d’expression de soi. Par conséquent, nous pouvons dire que la musicothérapie est bonnement indiquée auprès de cette population.

 

LES OBJECTIFS

 

  • Rétablir la communication et faciliter l’ouverture vers autrui, éloigner l’isolement

  • Autonomisation pour permettre la réinsertion

  • Retrouver la confiance

  • Faire des choix

  • Atténuer les angoisses et l’anxiété, apaiser

  • Reprendre prise avec la réalité

  • Verbaliser et faciliter l’expression des émotions

  • Favoriser la créativité et l’imagination

  • Retrouver la conscience de soi et l’estime de soi

  • Favoriser le geste et le mouvement

  • Rassurer et contenir avec un bain sonore

  • Améliorer la qualité de vie

  • Redonner du sens à une histoire qui a été vécue

La musicothérapie s'inscrit dans une démarche pluridisciplinaire lorsqu'elle répond à un besoin institutionnel. Elle peut être proposée comme complément de soin, suivi ambulatoire ou sur le long terme. Le projet d'accompagnement ou de soin est pris en compte afin d'adapter au mieux les outils et offrir les meilleures conditions de thérapie à ses bénéficiaires. Un dialogue avec la structure et les équipes est à favoriser et à développer, quelque soit la nature et la durée de la prise en charge.

 

ATELIERS PROPOSES

Je propose des prises en charge individuelles ou en petits groupes :

  • à domicile lorsque c’est nécessaire

  • en institution  -  dans les lieux d’accueil pour personnes avec handicaps psychiques ou moteurs,autisme,polyhandicap.
                        -  en Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

 

Je peux intervenir principalement auprès des enfants ou adultes faisant face à des problématiques très différentes : surdité, psychogériatrie (altération de la mémoire et des facultés cognitives, perte des repères spatio-temporels, démences séniles) ,psychiatrie enfant, adolescent et adulte, difficultés d’expression et de communication, troubles envahissants du développement et du comportement, handicaps moteurs et cérébraux, les troubles du spectre autistique, l’anxiété, la douleur, ...J'adapte alors mes outils afin d'aider l'enfant ou l'adulte à mettre du sens sur ce qu'il vit, arriver à s'exprimer en trouvant des moyens d'entrer en communication, et mieux composer avec une situation qui l'empêche de s'intégrer sereinement au sein de la société.

L'enjeu est d'accompagner le sujet à travailler avec ses éléments sensoriels, émotionnels, physiques et psychiques. L’expérience sonore lui apporte une perception nouvelle d'une situation particulière, dont il peut se saisir pour exprimer quelque chose, s'engager corporellement ou encore créer du lien. Ces objectifs sont généraux et ne peuvent être représentatifs de toutes les situations.

La musicothérapie s’adresse à toute personne, quel que soient son âge, ses goûts et connaissances musicales. C’est une proposition centrée sur l’aide à la relation et la communication ; et pas forcément sur la production musicale.

Je peux proposer, après avoir fait un bilan avec les personnes prises en charge lors de la première séance, avec un questionnaire sur l’histoire sonore et musicale, un test d’écoute d’œuvres musicales variées et la présentation de petits instruments de musique à percussion de préhension simple qui permet une prise de contact et d’élaborer les besoins, les demandes et les objectifs adaptés à la personne :

 

  • Un atelier de musicothérapie active qui proposera un travail privilégiant la production sonore et musicale, l’improvisation et la créativité à partir d’éléments musicaux comme le rythme, la voix, le travail corporel et l’utilisation des instruments.

  • Un atelier musicothérapie réceptive basé sur l’écoute et la relaxation

  • Un atelier de communication sonore. Il consiste en une forme d’improvisation libre en groupe dont l’objectif est l’analyse de la relation. Elle fait appel à différents procédés : musicothérapie active, réceptive, communication et expression. Elle permet d’explorer la dimension sonore et le fonctionnement du groupe.

  • Un atelier de piano adapté : par le biais du piano mettre le corps en jeu, décharger ses tensions psychiques et apprendre à les canaliser, exprimer ses émotions, verbaliser et mettre en mots ses ressentis ou difficultés.

Ateliers en individuel ou en groupe, qui peut varier entre 30 minutes et 1h, selon la demande. Une verbalisation, à la fin de la séance, mise en place pour que le patient formule de vive voix ce qui est intériorisé et exprime son ressenti de la séance qui permet par la suite de réaliser un bilan.

 

EN RÉSUMÉ

   En résumé, la musicothérapie peut représenter une alternative thérapeutique qui aide à dynamiser l’estime de soi, la créativité, prendre conscience de ses ressources, renouer avec l’envie de faire par la mise en acte du corps, lève les inhibitions et permet de verbaliser ses émotions, permet l’autonomisation, la relaxation et l’apaisement des tensions intrapsychiques.

    La musicothérapie peut « sans nul doute apporter un état de mieux-être à un état de moins bien-être, proposer l’ouverture de nouveaux canaux de communication et, sans aucun doute, dépasser les idées reçues […]. La musicothérapie ne sera donc pas un remède miracle mais une approche différente dans ce complexe son / être humain/son et dans le système complexe qu’est la communication […]. Elle peut permettre la communication pour mieux appréhender ce monde, que l’on ressent comme étant parfois hostile, qui nous entoure. Chercher des réponses du moins des éléments de réponses aux dissonances qui altèrent parfois la symphonie de notre histoire. » Alain CABERO dans Éléments de musicothérapie de Gérard DUCOURNEAU, 2eme édition DUNOD.

 

                                                                                                   SECRET PROFESSIONNEL

Je m’engage à suivre le code de déontologie du musicothérapeute ; notamment à respecter le secret professionnel (défini par l’Article 378 du code pénal et les articles 226-13 et 226-14 du nouveau code pénal) et à protéger la confidentialité de l’information recueillie au cours des séances.